le fou rire partie 1

Par défaut

393236__castle-on-the-water_p

Il était une fois, une princesse qui vivait heureuse. Heureuse car sur terre rien ne lui manquait. Tout ce qu’elle désirait elle l’avait, car finalement peu de chose elle enviait. Et même ce qui lui manquait n’avait que peu d’importance. Evidemment, puisqu’au fond d’elle, résonnait un chant immense. Celui de l’amour pur et simple. D’un simple sourire, elle égayait ses journées. Elle était jeune.  Son sourire rayonnait, sa colère surprenait.  Il lui arrivait de sortir de ses gongs, malgré sa douceur innée. Elle s’affolait de constater que le monde ne vivait pas comme elle le concevait. Elle y voyait malices, perfidies, mensonges, calomnies, tromperies et que sais je encore.

Elle s’est alors enfermée dans une tour d’ivoire, priant jour et nuit de trouver son âme sœur. Elle l’appelait. Elle était en paix désormais de savoir, que l’écho qui résonnait en elle, parviendrait à sa destinée.  Un beau jour, voici quelqu’un arrivé, par un détour, et trouva la tour. Fût intrigué par l’étrangeté de cette présence soudaine. Il monta et trouva cette belle âme. En fût touché. Il l’attrapa et la garda comme un trésor. C’était un roi. Il ne possédait pas grand-chose, mais tout ce qu’il avait, il le lui donnait. La servait du mieux qu’il pouvait. Mais de jour en jour, l’état de santé de la princesse se dégradait. Elle qui savait rire pour le roi, s’enfermait dans sa tour pour chanter seule. Elle qui ne pouvait vivre loin de ses yeux, ne s’inquiétait plus lorsqu’il partait en guerre contre de quelconque ennemis. Elle qui aimait tant bavarder, ne s’adressait plus qu’aux oiseaux qui se posait à sa fenêtre.

Le roi se désolait mais ne comprenait pas ce changement radical. Il pensait faire preuve de patience, en continuant à vivre normalement, la gratifiant toujours de plus de cadeaux. Mais rien n’y fait, la princesse tomba malade. Et dans sa maladie, ne cessait de regarder le ciel. Son âme alors se mit à voler. S’évader de cette prison doré, la voilà qui partait voyager. Au début, elle ne s’aventura pas plus loin que la frontière du royaume. Elle restait là devant, à contempler l’horizon, avide de connaitre se qui se trouvait au-delà des contrées sacrées. Mais tout ceci était interdit, et son âme retournait peinée au château. Elle continua ses va et vient pendants plusieurs mois, sans que personne ne s’en souciait. Le roi, par son balcon la surveillait, triste et quelque peu découragé, mais ne bronchait point.

Un jour, l’âme de la princesse était là, à son habitude, contemplant l’immensité, les yeux perdus. Soudain dans ce silence imposant, résonna un cri dont nul ne sût sa provenance. L’âme en fût toute bouleversée. Son cœur se mit à palpitée. Retentit en son cœur un écho qu’elle avait oublié. Prise de tremblements elle rentra au château. Fiévreuse et alitée, la princesse ne cessait de pleurer. Le roi chagriné fît appel aux plus imminents et intelligents médecin du royaume. Mais lorsqu’ils ressortirent de la chambre de la malade, leur visage était sombre. Ils ne savaient point quel mal rongeait la princesse. Le roi se lassait de voir sa femme dans un tel état, il se sentait désœuvré.

Un soir, pourtant malgré les maux et la fièvre, la princesse se leva. Péniblement elle enfila un voile qui la couvrait à peine, et alla retrouver la frontière. Faible, elle se tint debout, tremblait de tout son corps frêle. Là, sans que l’on puisse savoir comment, le chant le plus cristallin qui soit s’éleva par delà les collines et les plaines qui lui faisaient face. D’une beauté sans pareil, comme un ange descendu du ciel, le chant traversa l’espace pour frapper en plein cœur la princesse. Elle s’écroula comme foudroyée d’un éclair invisible…

à suivre 😉

Mary

16/02/2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s