Histoire d’une âme (partie 1)

Par défaut

mari_e_2

Assise sur un rocher au bord de l’eau, par une belle fin de journée d’été, je me suis assoupie.
C’est alors que m’est apparue, {es-ce un songe, es-ce une réalité, je ne saurais le dire} une étrange créature ! Féminine, belle, d’une agréable douceur, elle  me conta une histoire. Je plongeais, soudain dans un passé qui ne m’était pas inconnu…
 
 Une  jeune femme, forte, qui avait dressé une sentinelle de fierté et d’arrogance, afin de garder en vie son âme guerrière. Elle voua sa destinée à parcourir le monde en quête de prouesses, avide de victoires. Aucun manant, aucun prince ne sus déjouer les remparts de cette humaine. Elle méprisait ceux qui l’approchaient, ne donnait sa confiance à quiconque.
Mais la vie joue de drôle de tour !
 
Dans une besace de cuir était refermé, le plus précieux de ces trésors, d’une valeur inestimable. Elle l’avait acquis lors de sa toute première croisade, sa première aventure. Elle l’avait enfermée pour le préservé, elle le portait autour de son cou et ne s’en défaisait jamais. Parfois, elle se hasardait à l’admirer en secret, discrètement, loin de tous regards indiscrets.
 
Pourtant, on l’observait !
Un homme était là. Il convoitait sans savoir exactement quoi : le trésor ou le cœur ?
Il tenta alors de la surprendre afin de gagner sa confiance. Il attendit le bon moment.
Elle arriva en une contrée en pleine conflit, voulu prendre part, choisis le camp des démunis, défendis de toute son énergie. Malheureusement, cette fois-ci, la quête était peine perdue. Première chute !
Elle tomba sous l’assaut, perdit conscience. C’est alors que le Valeureux intervint et la sauva d’une mort probablement certaine.
 
Dans un endroit, à l’abri du conflit qui faisait rage, il la déposa. Il se mit alors à l’observer lentement se réveiller. Perdu dans ses pensées, il ne savait plus s’il admirait le trésor ou la propriétaire. Il était troublé par ses nouvelles émotions, il était confus. Plus fort que lui, plus fort que son ambition, une force s’empara de lui. Il se sentait lié par cette jeune femme. Le destin les avait réunis.
 
De son demi-sommeil, la jeune femme se réveilla. Elle croisa alors le regard de son sauveur, sans connaître ce qui s’y cachait derrière ! Se produisit alors ce qui ne devait se produire, la sentinelle s’effondra. Elle l’admira, malgré sa force, ses yeux s’étaient remplis de gratitude et de douceur infinie. Elle lui permit de formuler une demande en échange de sa vie qu’il venait de sauver.
 
Et quelle demande fît-il ? Il n’hésita point ! Ce qu’il réclama c’est sans nul doute, de partager sa vie avec la sienne ! Une vie contre une vie dit-il ! Que ne fût la stupeur de la jeune femme ? Elle qui avait juré de vivre une vie solitaire, libre de tout sentiments, libre de toutes attaches, la voilà enchainée à cet inconnu !
« Je souhaite voir ce que contient ta besace ! Laisse-moi également contempler ce Trésor unique. »
 
Malgré sa surprise, la jeune femme n’émit pas d’objections et s’exécuta. Elle défit les lacets qui serraient la besace et en sortis une gemme de lumière. C’était si doux à voir, si reposant, si magique que l’homme en resta subjugué. Lorsque la démonstration fût finis, il en resta insatisfait.
Ils reprirent la route, décidant de quitter la contrée dévastée. Ils marchaient la journée durant pour ne se reposer que la nuit tombée. Et chaque nuit, l’homme veillait assis, harassé, tourmenté, sans savoir comment remédier à ses maux.
 
Un jour, un fleuve fit face à leur route. Epuisés par ces longues journées de marches, le jeune homme proposa que chacun son tour, irait se laver, pendant que l’autre veillerait sur les affaires. Il plongea le premier et ne s’éternisa point. Lorsque ce fût le tour de la jeune femme, il insista pour qu’elle prenne son temps, qu’elle profite de ce cadeau généreux de la nature. Il lui pria alors de lui faire confiance et de lui laisser également sa besace…
 
Il la serra tout prés de son cœur, ce précieux trésor était enfin à lui. Il comprit alors l’objet de toutes ces tourmentes et ne réfléchissait plus longtemps. Il décida de tout quitter, la besace avec lui. S’enfuir sans remords ! La jeune femme finit sa toilette et sortit de l’eau, fût choquée par le spectacle qui lui faisait face. Ses vêtements seuls, son compagnon et son trésor s’était dérobés
 
Perdue, seule, la femme erra pendant plusieurs jours jusqu’à se retrouver dans une forêt sombre et sinistre. Elle se mit alors à chanter une complainte :
 

« Grande muraille fût brisée par le plus fin des vents
 Il souffla doucement sans crier gare !
Une faille s’ouvrit, et ce vent chaud s’immisça
Lentement, s’empara du cœur de cette cité
Et s’enfui comme un voleur, loin de ses yeux en pleurs
Un Mal s’est extirpé de la douceur
Un Bien était caché derrière la douleur
Et la cité pleure et pleure encore
Cette âme affligée, peinée, blessée
Meurtrie, tapie dans l’ombre
Elle gémit, désormais assoiffée
D’une source à peine connue »

 
Soudain, elle fît face à un escalier. Elle ne réfléchit point, et monta les marches, une à une. Elle se retrouva devant une place immense, marbrée, couverte de neige blanche ; vide. Elle s’avança et remarqua alors, qu’il se trouvait au fond de cette place, une ombre, immobile. Plus elle s’en approchait, et plus elle pouvait distinguée une forme rectangulaire. Quand elle arriva enfin devant l’objet, elle en resta stupéfaite. Son souffle se coupa. Un spectacle effrayant et irréel s’offrait à elle. Son esprit tourbillonnait, elle était au bord du vertige. Ses jambes fléchirent, son corps lâcha prise. Elle s’écroula, inerte, face au Miroir sans reflet…

 

Mary

01/2014

Publicités

Une réponse "

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s